Partager l'article
Qu'est-ce qu'un CFD ?

Notre guide complet vous explique tout ce que vous devez savoir sur le trading de CFD, son fonctionnement, ses avantages et ses inconvénients.

Le trading de CFD expliqué avec des exemples

Marge commerciale  

Par exemple, vous achetez 10 CFD sur Apple au prix de 302,64 $. Votre dépense initiale est de 605,28 $ (en raison de la marge de 5 : 1). La valeur des actions Apple passe à 323,8 et vous décidez de vendre à cette valeur, ce qui représente une augmentation de 21,16 points. Le bénéfice que vous avez réalisé sur ce trade est de 211,60 $, calculé en multipliant l'augmentation du nombre de points par le nombre de contrats achetés.

Spread et commission

Avec le trading sur CFD, deux prix sont toujours proposés en fonction de la valeur de l’instrument sous-jacent : le prix d’achat (demande) et le prix de vente (offre). Le prix d'achat sera toujours supérieur à la valeur sous-jacente actuelle et le prix de vente sera toujours inférieur. La différence entre ces prix s'appelle le spread. Chez Capital.com, nous ne facturons aucune commission sur les transactions de CFD effectuées avec nous.

Par exemple, si vous prévoyez une augmentation du prix de l’or, vous pouvez ouvrir une position avec un CFD sur or. Imaginez que le prix indiqué soit de 1 200 $ / 1 125 $ (il s’agit du spread demande / offre) et que vous achetez 100 CFD sur de l’or (en prenant une position longue). La taille de la position prise (la valeur du contrat) est illustrée ci-dessous.

Imaginons maintenant que le prix de l’or augmente comme prévu, le bénéfice de ce trade est illustré ci-dessous.

Taille du contrat

La taille du contrat d'un CFD dépend de l'actif sous-jacent. Par exemple, une action CFD implique 1 action. Donc, si vous avez l’intention de négocier 1 000 actions de Tesla en utilisant des contrats sur la différence, vous devez acheter 1 000 CFD. Les produits de base sont beaucoup plus intéressants de ce point de vue. La taille du contrat de l'or est une once Troy. Le soja est vendu en boisseau. Le café se négocie en livres, etc.

Aller long et court

Lorsque vous ouvrez une position CFD, vous sélectionnez le nombre de contrats que vous souhaitez négocier (achat ou vente) et votre bénéfice augmentera en fonction de chaque point où le marché évoluera en votre faveur. Si vous pensez que le prix d'un actif va augmenter, vous ouvrez une position longue (achat) et réalisez des bénéfices si le marché évolue conformément à vos attentes. À l'inverse, si vous pensez que le prix d'un actif va se déprécier, vous créerez alors une position vendeur et un profit si le marché évolue conformément à vos attentes.

Aller long avec les CFD

Par exemple, vous pensez que les actions Apple vont s'apprécier et vous souhaitez ouvrir une position longue pour profiter de cette opportunité. Vous achetez 100 CFD sur des actions Apple à 160 $, la valeur totale de l'opération sera donc de 16 000 $. Si Apple s’apprécie à 170 $, vous gagnerez 10 $ par action, ce qui représente un bénéfice de 1 000 $. Ceci est illustré ci-dessous.

Aller court avec les CFD  

Par exemple, vous pensez que le prix Apple va se déprécier et vous voulez profiter de ce mouvement. Avec les CFD, vous pouvez ouvrir une position courte (connue sous le nom de vente à découvert) et profiter d'un marché en baisse. Disons que cette fois, vous décidez de vendre 100 CFD sur Apple à 170 $ par action, qui tombe ensuite à 160 $ par action. Vous aurez réalisé un bénéfice de 1 000 $, soit 10 $ par action. Ceci est illustré ci-dessous.

Gestion des risques : arrêts et limites

Vous pouvez configurer des ordres limites pour fermer automatiquement une position à un niveau de profit donné, ce qui vous évite de suivre les fluctuations de prix. Les ordres limités réduisent également la probabilité de conserver trop longtemps un contrat gagnant, car les émotions peuvent l'emporter sur vous et vous rendre aveugle sur vos attentes initiales. De même, vous pouvez placer des stop-loss pour limiter vos pertes potentielles. Un stop-loss est le point auquel une position est automatiquement clôturée si le prix du titre chute en dessous du point d'entrée du trader. Les arrêts et les limites sont des outils cruciaux de gestion des risques et sont fortement conseillés.

Définir des stop-loss est une très bonne pratique pour tout trader, même pour un utilisateur expérimenté (là on ne parle pas de débutants). Vous pouvez vous interroger sur l’importance des stop-loss lorsque vous n’avez pas de positions ouvertes. Mais une fois que vous sentirez le poids émotionnel d’un marché en baisse, vous comprendrez combien il est pénible de perdre son argent en quelques secondes. Le marché est volatile et vous devriez l'accepter ; cela aidera à faire de vous un trader plus intelligent.  

Durée

Un des points importants à retenir lors d’un trading de CFD est qu’ils n’ont pas de date d’expiration. Un trade n'est fermé que lorsqu'il est placé dans la direction opposée - c'est aussi simple que cela. Par exemple, vous pouvez fermer un échange sur 100 CFD sur de l'argent uniquement en vendant ces CFD.

Profit et perte

Les profits et les pertes sont facilement calculés avec une formule simple. Vous ne faites que multiplier le nombre de contrats que vous détenez par la différence de prix.

Une fois que vous avez envisagé des coûts supplémentaires, tels que les frais de nuit, vous obtenez la valeur « à emporter » de vos gains ou de vos pertes. Capital.com ne facture que les frais au jour le jour sur la portion à effet de levier de la transaction, et non sur la totalité de la transaction. 

Votre ratio profit / perte, souvent abrégé en P & L, peut être calculé à l'aide de la formule suivante :

P & L = nombre de CFD x (cours de clôture - cours d'ouverture)

Par exemple, si vous achetiez 1000 CFD sur Aviva à 400 pence par action et que vous les vendiez à 450 pence par action, votre bénéfice serait de 500 £. Ceci est illustré ci-dessous.

Partager l'article

Trading sur CFD vs trading sur actions